Archives municipales - Patrimoine - Fontenay-sous-Bois Fontenay-sous-Bois

Accueil > Histoire de... > Histoire de... bâtiments > Le groupe scolaire Michelet

Histoire de...

Le groupe scolaire Michelet

Ecole Michelet, 1990

En 1923, Henri Gaveau (1919-1925) et le conseil municipal décident la création d’un nouveau groupe scolaire au Nord de la ville.

La plaine qui deviendra la ZUP en 1960, n’est pas prise en compte dans cette situation.

Sur les délibérations, on parle du 3ème groupe scolaire dit « des Marchais », le lieu-dit où il s’implante.

Deux raisons majeures poussent les élus à prendre cette décision : La population scolaire de l’école Jules Ferry, construite en 1909, s’accroit considérablement.

En effet, de nombreux ateliers et usines industrielles se sont implantés à l’Ouest de la ville (Gaveau, les Parapluies, Rigollots pour les plus grandes).

L'immigration est importante.De nombreux bâtiments de l’avenue de la République ont été construits par cette main d’œuvre étrangère.

La population fontenaysienne est en nette augmentation : elle passe de 9320 habitants en 1901 à 18 129 habitants en 1921.

De plus, la demande de surélévation des bâtiments de l' école Jules Ferry faite par la municipalité n’est pas bien accueillie par  le ministère de l’Instruction publique. Cette dernière demande une restructuration coûteuse du groupe scolaire.

L’acquisition des terrains pour un nouveau groupe scolaire et le choix des architectes se font en 1924. Maurice Maurey, Roger Hummel (1900-1983) et André Dubreuil (1895-1948), associés et architectes des Offices Publics d’Habitations à Bon Marché (HBM) des villes de Saint-Ouen, Bois-Colombes et du département de l’Aube (domiciliés à Paris) sont retenus.

Le projet proposé a un caractère original.

Les architectes se soucient du bien-être des enfants. Les cours sont sur l’extérieur, aérées et « permettant aux enfants de jouir de l’agrément d’une campagne environnante très belle en cet endroit ». En effet le terrain domine la Plaine qui est encore composée de jardins, de terres cultivées. L’Inspection Académique et les architectes attestent dans les années 20 et 30 d’un souci hygiéniste. Le projet présenté mentionne plusieurs fois « la libre circulation de l’air » au sein de l’établissement, l’importance de la nature avec un « jardin d’agrément ». Ce jardin qui sépare les deux écoles peut être utilisé comme lieu de repos pour le directeur et les professeurs et servir d’outil pédagogique pour les sciences naturelles. Le conseil municipal demande que soit utilisé le nouveau système de ventilation de l’ingénieur belge Knapen, système que l’on retrouve dans les écoles du département.

Les travaux prennent du retard. Ils commencent le 5 juin 1928. Le jury du concours et l’administration de l’Enseignement ne cessent de modifier le projet.

Les coûts sont sous-évalués. Les prix flambent en 1923 et 1930, la crise de 29 étant passée par là. Les constructeurs ont de mauvaises surprises comme la présence d'eau dans les ous-sols.

Pendant une phase transitoire, des baraquements en bois sont installés sur la place de la Mare-aux-Marchais (actuelle place Michelet) et accueillent une centaine d’élèves.

A la rentrée des vacances de Pâques 1930, les enfants peuvent enfin prendre possession des locaux (3 classes filles, 3 classes garçons en élémentaire).

L’inauguration a lieu le 20 juillet 1930 alors que les travaux ne sont pas finis. Le maire, Victor Lespagne (1925-1935)et Pierre Laval (1883-1945), alors ministre du travail et de la Prévoyance sociale, assistent à cette cérémonie. Des élèves des trois écoles accomplissent des mouvements de gymnastique pour la circonstance.

L’école est au complet en octobre 1930. La réception des travaux se fait le 24 décembre 1931, beau cadeau de Noël !

Au total le groupe comprend 10 classes de filles, 10 de garçons pour l’élémentaire, l’école maternelle, un atelier de bois et de fer.

 

La façade principale de l’école, rue Michelet, est décorée par quatre bas-reliefs du sculpteur art-déco Maurice Saulo (1901-1963), intitulés « Fables de La Fontaine » de 1929. Les animaux représentés sont la cigogne, le héron, le corbeau et le renard, personnages de 3 fables : « Le corbeau et le renard », « Le héron », « Le renard et la cigogne ».

Elles renvoient à trois morales célèbres :

 « Apprenez que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l'écoute »

« On hasarde de perdre en voulant trop gagner »

« Trompeurs, c'est pour vous que j'écris, attendez-vous à la pareille»

Maurice Saulo est élève de son père Georges Ernest Saulo et de Coutan.

Il devient sociétaire du Salon des Artistes Français où il expose depuis 1919. Il a décoré le lycée Edouard Branly à Nogent-sur-Marne en 1933.

Le musée du Petit Palais à Paris, le musée d’Angers conservent des œuvres de ce sculpteur («Venetia», « Résignation» …). 

Retrouvez les cartes-photo de l'école Michelet

Ecole Michelet, sans date

Aucun commentaire