Archives municipales - Patrimoine - Fontenay-sous-Bois

Accueil > Actualités > Doc du mois > Allô, passez-moi le 36 à Fontenay

Actualités

Allô, passez-moi le 36 à Fontenay

Photo n°1: intérieur de la poste, guichets. AMFSB, Fonds Dauvergne

Il n'est pas étonnant que le personnel de l'Hôtel des Postes, télégraphes et téléphones du boulevard des Ecoles (actuellement boulevard André Bassée) posent ici fièrement pour le photographe. La Poste vient d'être inaugurée, en grande pompe, quelques mois auparavant, le 12 juillet 1908. La liste des invités à ce baptême en témoigne : le sous-secrétaire d'Etat aux Postes, le député de la Seine, des sénateurs ... Les pompiers ont fait une haie d'honneur.

Le lieu choisi devait être affecté à une crèche mais les crédits pour le fonctionnement ont manqué et de plus, l'ancien bureau de Poste (situé au 5 boulevard des Ecoles), créé en 1882, était trop vétuste, "un véritable taudis" selon certains. 25 employés dont 12 facteurs "s'entassaient" dans 162 m².

Le maire, Victor Mussault et surtout le receveur, Jules Baehr (sur la photo n°1, 2ème en partant de la gauche) se sont battus pour offrir aux 11 500 fontenaysiens un bureau de Poste moderne et qui répond aux normes d'hygiène de l'époque.

Madame Jeanne Baehr (photo n°1, 1ère à droite), y travaille, aux côtés de son mari. Pour la photo, le fils du receveur, Georges (maire de Fontenay de 1954-1965) pose derrière les guichets.

Le photographe continue sa visite (photo n° 2) avec la salle consacrée aux télégraphes. En 1850, après avoir consulté la brochure de l'ingénieur Aristide Dumont sur l'invention du télégraphe électrique, les élus fontenaysiens, avec à leur tête le maire Pierre-Jacques Vitry, émettent un avis favorable à son installation dans la ville. Elle n'a lieu qu'en 1865, à la mairie. Le secrétaire en est chargé et les dépêches sont distribuées par le concierge. 20 mots coûtent 1 franc pour le département de la Seine (le salaire moyen d'un ouvrier est d'environ 3 francs par jour).

La séance photo ne peut s'achever sans être passée par la pièce réservée au téléphone (photo n°3). Le 1er réseau téléphonique a été installé à Fontenay en 1890. La mairie est joignable par téléphone dès le 1er février 1902.

En 1913, sur une population de 15 000 habitants, on compte 170 abonnés. Les français généralement étaient peu attirés par cette nouvelle technologie, comparés aux allemands ou aux anglais. En France le téléphone est considéré pendant longtemps comme un gadget pour fortunés.

A l'époque, pour obtenir votre correspondant, il faut passer par une opératrice, appelée aussi "la demoiselle du téléphone" qui vous met en relation avec lui. L'appareil de l'abonné n'a pas encore de cadran à chiffres.

Le receveur de Fontenay, Jules Baehr milite ardemment pour que les abonnés puissent téléphoner jour et nuit (voir le Bulletin mensuel de l'association des abonnés au téléphone ci-dessous). Jusque là le service était interrompu entre 21h et 8h du matin. Il créé l'association Amicale des Abonnés au Téléphone et répond ainsi à leur mécontentement. Il leur donne des conseils d'utilisation de l'appareil. Passionné, il réfléchit dès 1913 à la création d'un "annonciateur" chez l'abonné, l'ancêtre du répondeur !

A sa création, lorsqu'un abonné voulait s'identifier auprès de la demoiselle du téléphone, il donnait son nom. Mais le nombre de plus en plus important d'abonnés oblige les PTT à adopter le système du numéro de téléphone, non sans quelques contestations. L'abonné n'aimait pas être considéré comme du "bétail" !

Nous avons retrouvé dans les archives municipales les nombreux changements de numérotation téléphonique de la mairie : en 1902 c'est le 36; en 1931 c'est TREMBLAY 10-36; en 1936, TREMB 22 20; en 1963, TRE 43 00 (les lettres correspondaient au nom du central par lequel on devait passer); en 1966 le 873 43 00 ... pour arriver aujourd'hui au 01 49 74 74 74. 

Le receveur fontenaysien, Jules Baehr avait raison, le téléphone avait de l'avenir ... 

Bulletin mensuel, association des abonnés au téléphone

Photo n° 2, salle des télégraphes. AMFSB Fonds Dauvergne. Photo n°3: standard téléphonique. AMFSB, Fonds Dauvergne.

Aucun commentaire


Fontenay-sous-Bois