Archives municipales - Patrimoine - Fontenay-sous-Bois

Lettres de Célestin Avril envoyées à sa soeur Augustine de 1911 à 1915

Fonds Paget

Lettre de Célestin datée du 21 avril 1912
Lettre de Célestin datée du 21 avril 1912

Le Mans le 21 avril 1912

Ma chère sœur,

Contrairement à ce que je t’ai écris l’autre jour, je ne partirais pas 2 jours après vous autres mais bien le samedi soir, et je crois qu’on se rencontre quelque part je ne sais où, Henriette doit le savoir demande le lui donc, pour qu’on se retrouve ensemble à la gare, on doit probablement venir nous chercher, je n’ai pas écris chez Marcelline, je ne sais pas, et aussi j’ai oublié l’heure du train qu’il me faut prendre samedi 

Lettre de Célestin datée du 21 avril 1912
Lettre de Célestin datée du 21 avril 1912

si tu te souviens, écris-le moi donc, ça m’évitera de demander,il faut, je crois que je change au Château du Loir, et à Thouars aussi, je me souviens pas bien de l’itinéraire à suivre, je compte sur toi pour me le rappeler donc à bientôt écris moi le plus tôt possible pour que je sois fixé, je te remercie à l’avance.

Je croyais qu’on aurait eu du monde les jours des courses mais on a personne, en revanche il en vient la semaine suivante donc je ne serais avec vous que 8 jours seulement, je repartirais le samedi d’après.

Lettre de Célestin datée du 21 avril 1912
Lettre de Célestin datée du 21 avril 1912

Et pour ce que je t’ai dit il y’a quelque temps c’est désormais fixé, on va habiter Paris, au mois de novembre prochain, dans le quartier de Passy, avenue Malakoff 81, je crois, donc on aura le plaisir de se voir à Paris, en attendant je t’embrasse ainsi qu’Henriette.

Au revoir à Samedi.

Je suis pressé je compte sur toi pour me renseigner. J’écris en même temps au cousin Auguste des Essarts, qu’il vienne à l’assemblée de Mouchamps, il ne manquera problablement pas.

Lettre de Célestin datée du 21 avril 1912
Lettre de Célestin datée du 21 avril 1912

J’écris en même temps au cousin Auguste des Essarts, qu’il vienne à l’assemblée de Mouchamps, il ne manquera problablement pas.

Au revoir.

Lettre de Célestin datée du 03 juin 1912
Lettre de Célestin datée du 03 juin 1912

Le Mans, le 3 juin 1912

Ma chère sœur,

Je te remercie bien de ta lettre, elle m’a fait beaucoup plaisir parce que je commençais à me demander ce que tu devenais tu aurais déjà pu m’oublier.J’espère que tu t’es pas ennuyée les quelques jours que tu es restée avec Henriette, et tu as du visiter Paris, il me tarde vraiment d’aller vous rejoindre, ça ne me ferait rien maintenant d’y aller, surtout , que la patronne, y est restée depuis qu’elle est rentrée à Paris le même jour que toi, elle n’est pas sortie de sa chambre, elle est malade, elle en a encore pour un mois 

Lettre de Célestin datée du 03 juin 1912
Lettre de Célestin datée du 03 juin 1912

avant de pouvoir rentrer au Mans alors je pourrais en profiter mais enfin ce n’est que si tu me trouvais quelque chose, tu dois avoir rencontré des gens du pays de Mouchamps,comme il y en a pas mal, c’est vrai que Paris est grand, on ne se trouve pas comme ça.

Tu me demandes des nouvelles d’ici, ma foi, tu sais, c’est a peu près toujours la même chose, on a eu ces jours ci pas mal de distractions. Il y avait un cirque et une très grande ménagerie qui tenait à elle seule presque la place des Jacobins, on y faisait travailler toutes sortes d’animaux, ce n’était pas mal et le cirque aussi. Il y a déjà quelques temps que j’ai vu tes anciennes camarades, je ne vais pas souvent par là-bas maintenant.

Lettre de Célestin datée du 03 juin 1912
Lettre de Célestin datée du 03 juin 1912

Tant qu’à Blanche je ne la vois plus surtout depuis l’autre fois que je l’ai rencontré avec un type, et sa bonne et moi de mon côté j’avais une femme de chaque bras alors tu penses si ça ne colles plus maintenant.

Ca colle moins bien que le petit zigomar avec sa poule figure toi (ils se marient le 22 juin je crois) mais ils ont pas pu attendre cette époque là pour coucher ensemble ils ont loué un garni rue Coutardy et tous les soirs ils vont se pieutés là, elle dans la journée elle va travailler hôtel du Saumon, place de la république, elle est débauché de la rue Victor Hugo maintenant si tu lui écris, j’espère que tu ne vas pas lui dire ça, c’est tout ce que j’ai a te dire pour le moment,

Lettre de Célestin datée du 03 juin 1912
Lettre de Célestin datée du 03 juin 1912

a part que j’ai rencontré ta Madame Leconte, hier en compagnie d’un Monsieur, je crois qu’elle était seule elle avait son chapeau tout de travers, je l’ai saluée mais elle ne m’a pas vue, au revoir et bien le bonjour à Henriette quand tu la verras ton frère qui t’embrasse.

Célestin

Lettre de Célestin datée du 13 novembre 1912
Lettre de Célestin datée du 13 novembre 1912

Le Mans, le 13 novembre 1912

Ma chère sœur,

Me voilà encore une fois revenu habiter la ville du Mans on est rentré de mardi et je t’assure qu’on a pas eu beau, de la flotte toute la journée, on roulait dans la boue, absolument rien de changé dans la ville, à part le crédit lyonnais (place de la république) qui est complètement terminé, ça fait un joli bâtiment maintenant et aussi le nom de la rue où je suis, n’est plus Champ Garreau

Lettre de Célestin datée du 13 novembre 1912
Lettre de Célestin datée du 13 novembre 1912

c’est (Albert Maignan) désormais.

Le soir de notre arrivée au Mans j’ai vu mon petit copain de l’avenue de Paris, il partait avec sa femme  le lendemain même pour Versailles, où ils avaient une place, peut-être les rencontreras-tu à Paris.

Mais de tout cela, j’ai une nouvelle plus intéressante à t’apprendre (si tu ne la connais pas déjà) c’est Maurice qui m’a écrit ces jours-ci qui me l’a dit, et si tu ne la sais pas, tu ne serait pas capable de deviner C’est tout bonnement Marie-Louise qui se marie tu penses si j’en suis resté 

Lettre de Célestin datée du 13 novembre 1912
Lettre de Célestin datée du 13 novembre 1912

bleu, lorsque j’ai lu ça, et son prétendu habite la Rochelle, il est maçon et seul enfant de famille, mais le mariage n’est pas tout de suite ! au mois d’avril seulement paraît-il, maintenant j’espère que tu as envie d’aller faire un tour au pays l’année prochaine ainsi qu’Henriette, donc s’il y a noces, pourquoi n’attendrions nous pas ce moment là pour y aller, histoire de rigoler. Mais je vais te dire que d’ici là ça à le temps de rater ce fameux mariage, en tous cas, je compte sur une petite lettre pour me 

Lettre de Célestin datée du 13 novembre 1912
Lettre de Célestin datée du 13 novembre 1912

donner ton avis ainsi qu’Henriette, transmets lui ma lettre,parce qu’en faire deux, c’est de la blague.

Maurice m’a écrit aussi, que chez nous ils avaient récolté 5 barriques de vin,c’est toujours mieux qu’autrefois qu’on buvait de l’eau.

Donc ma chère Augustine je compte avoir de vos nouvelles un de ces jours, bien le bonjour à Henriette. J’avais toujours envie d’aller trouver, mais, ma foi, je suis pas trop mal ici, alors j’y reste en attendant au revoir et bonne santé, ton frère qui vous embrasse.

Célestin.

Lettre de Célestin datée du 19 novembre (année non précisée)
Lettre de Célestin datée du 19 novembre (année non précisée)

Colombiers S/Seulles vendredi 19.11

Ma chère sœur,

Je te remercie beaucoup de ta carte, surtout du petit renseignement que tu m’as donné au sujet de Titine, parce que ayant reçu deux cartes à un jour d’intervalle, non signées, venant de Bretagne, de Plélan-le-Grand même, je me creusais la tête pour savoir qui m’écrivait de ce patelin là, alors tu comprends, ta carte m’éclaire et je vais pouvoir lui répondre, sans te compromettre. 

Lettre de Célestin datée du 19 novembre (année non précisée)
Lettre de Célestin datée du 19 novembre (année non précisée)

Maintenant je t’envoie les 8 francs que je te dois en même temps que les 18 à Marie, tu lui donneras quand tu la verras, je vous les envoie tout de suite, parce que j’aurai peur d’avoir trop d’intérêts à payer en rentrant à la Toussaint.

Tu dois en effet trouver le temps long, seule là bas, avec ta vieille qui est toujours aussi bavarde, dis-lui bien le bonjour pour moi, si tu veux t’as l’air de te plaindre du chaud et bien je t’assure qu’il ne fait pas froid ici non plus, mais comme nous sommes pas très éloignés de la mer, on a toujours un peu de vent frais, on voit aussi souvent des orages 

Lettre de Célestin datée du 19 novembre (année non précisée)
Lettre de Célestin datée du 19 novembre (année non précisée)

par là, ce qui n’est guère amusant, enfin je me plais ici tout de même, surtout que c’est pas le travail qui manque on a fort souvent du monde, soit à déjeuner ou à dîner, hier on avait encore quinze personnes à déjeuner, tu pense si tout ce monde là ne laisse pas à rien faire, jeudi prochain il y a aussi grande réception, (bal cotillon) et goûter compris, on aura au-moins 70 à 80 personnes tu parles s’il faudra se grouiller heureusement que c’est pas souvent, mais c’est plaisant tout de même parce qu’il y a toujours de belles filles décolletées ce qui est toujours plaisant à voir, je te mets

Lettre de Célestin datée du 19 novembre (année non précisée)
Lettre de Célestin datée du 19 novembre (année non précisée)

un tas de bagatelles qui ne valent même pas la peine d’être dites mais c’est pour remplir ma lettre, ça m’ennuie de laisser des feuilles blanches, j’ai reçu des nouvelles de Marcelline l’autrefois elle me dit qu’elle est contente que je sois changé de place, pour (écalomniser), donc à moi de me tenir sage, ce que je fais depuis un mois, du reste, et je m’en porte pas plus mal.

Je te laisse, il commence à se faire tard, et je m’endors au revoir, bien le bonjour à Henriette pour moi ainsi qu’autres autres amies.

Ton frangin qui t’embrasse.

Célestin AVRIL

Lettre de Célestin datée du 21 janvier 1914
Lettre de Célestin datée du 21 janvier 1914

Brest le 21 janvier 1914

Ma chère sœur,

Me voilà enfin arrivé à Brest de samedi dernier seulement, on est parti de Mouchamps vendredi matin, nous avons couché à Nantes le soir et reparti le matin à 6 heures, on a fait un très bon voyage,heureusement que je n’étais pas seul, nous sommes 3 de Mouchamps,

Lettre de Célestin datée du 21 janvier 1914
Lettre de Célestin datée du 21 janvier 1914

les 2 Belains, un des Guornières et un de la Tranchandière, nous sommes arrivés à la caserne vers 4 h.

samedi après-midi, et depuis on est pas encore très bien orienté, et ce qu’il y a d’embêtant c’est que les autres sont dressés tandis que nous autres, nous ne savons rien faire, on nous prend pour des engagés, et ce qu’il y a de mieux c’est qu’on nous fait faire l’exercice en civils, on a pas encore pris le temps de nous habiller, mais lorsque nos classes seront finies ce sera la bonne vie, car ici la discipline n’est pas sévère, ça se passe en famille

Lettre de Célestin datée du 21 janvier 1914
Lettre de Célestin datée du 21 janvier 1914

supérieurs et simples soldats se tutoient en grande partie surtout les anciens, car il y a là dedans des vieux soldats qui ont jusqu’à 7, 8, 12 et même 15 ans de services, et presque tous ont fait des campagnes aux colonies, et c’est ce qui peut nous arriver aussi, on parle d’en envoyer au Tonkin et au Maroc, mais les volontaires partiront les premiers, et nous ce sera qu’en grand cas de besoin, et ce ne serait qu’au mois d’avril prochain seulement.

Tant qu’à la gamelle elle n’est pas mauvaise du tout, et il y en a suffisamment,

Lettre de Célestin datée du 21 janvier 1914
Lettre de Célestin datée du 21 janvier 1914

si ça continue je ne m’en plaindrai pas, mais c’est le pays qui n’est pas très sain,depuis que je suis là, j’ai attrapé un rhume effrayant, à part ça la ville est assez intéressante, le port surtout m’a beaucoup distrait, les navires de guerre ne manquent pas, des bâtiments que je n’avais jamais vu.

C’est tout ce que j’ai a t’apprendre pour l’instant, embrasse pour moi Augustine et Marie-Louise.

Montre leur ma lettre, j’en fais pas d’autres par économie.

Ton frère Célestin qui t’embrasse.

Au 2ème régiment d’inf. Coloniale 4ème compagnie Quartier Fautras. Brest Finistère.

Donne moi de vos nouvelles le plutôt possible. Célestin.

Lettre de Célestin datée du 10 juin 1914
Lettre de Célestin datée du 10 juin 1914

Mouchamps le 10 juin 1914

Ma chère sœur

Je suis à Mouchamps depuis une dizaine de jours en permission, je m’attendais à n’y aller qu’à l’époque que je t’avais dit, mais à la caserne il est rentré des réservistes la semaine dernière, et il a fallu leur faire de la place, ils nous ont averti juste une demie-journée avant de partir, alors je n’ai pas voulu aller vous surprendre à Paris, je suis venu 

Lettre de Célestin datée du 10 juin 1914
Lettre de Célestin datée du 10 juin 1914

directement à Mouchamps pour 20 jours, jusqu’à samedi en huit ou le 20 juin, je serais bien content en revenant de permission de passer à Paris mais comme ça se trouve sur la semaine je ne tiens pas à aller vous déranger, j’aime autant attendre à plus tard.

J’ai appris par les voisins que leur fille était avec vous autres, t’as qu’a lui dire bonjour pour moi, mais ne te fie pas toujours à elle car elle a une bonne petite langue, je m’en suis aperçu quelque fois quand elle était ici.

A part ça j’ai pas grand-chose à te raconter, on est occupé au foin de ce moment-ci, mais il ne fait pas toujours très beau, il tombe de l’eau, et qui n’est pas chaude je t’assure, tout le monde est en bonne santé ici, la femme à Eugène n’est encore pas accouché, si je suis

Lettre de Célestin datée du 10 juin 1914
Lettre de Célestin datée du 10 juin 1914

suis ici à ce moment là je serais peut-être bien le parrain.

Souhaite bien le bonjour pour moi à Aug. Et M.L. et aussi si tu vois Maindron n’oublie pas de lui dire que je lui serre la main.

Ton frère qui vous embrasse toutes.

Célestin.

Lettre de Célestin datée du 8 août 1915
Lettre de Célestin datée du 8 août 1915

Le 8 août 1915 

Ma chère sœur,

Je viens de recevoir la lettre du 26 juillet, merci, de toutes tes petites nouvelles, tu n’as pas oublié je pense de bien souhaiter le bonjour pour moi au cousin Auguste, tant mieux s’il ne se fait pas de bile, il a raison, et Henri ne doit il pas avoir une permission lui aussi, il l’a méritée je crois, et la mienne ne vient pas vite, je commence à me demander si je vais définitivement rester allemand, je commence déjà pas mal à le parler, tous les jours à travailler avec les civils, dans quelques

Lettre de Célestin datée du 8 août 1915
Lettre de Célestin datée du 8 août 1915

dizaines d’années, nous saurons complètement le causer , la guerre finie, il ne me restera plus qu’à trouver une petite allemande, tu vois d’ici le tableau, je plaisante, mais je crois qu’il va falloir se résigner à passer un nouvel hiver ici, ce n’est pas beaucoup encourageant, car le climat, en France est plus doux qu’ici, la preuve est que nous n’avons pas encore vu de grandes chaleurs, et il ne faut plus y compter désormais, il ne se passe guère de jours sans qu’il y ait de l’orage, nous allons battre plusieurs fois dans la saison, nous avons déjà battu de l’orge, demain c’est du blé et du seigle et dans les champs 

Lettre de Célestin datée du 8 août 1915
Lettre de Célestin datée du 8 août 1915

champs il y a encore de l’avoine toute verte, on a ici l’outillage complet jusqu’à la machine à battre est à eux, il est vrai que la ferme est très grande, elle est située dans un vallon, de chaque côté on ne voit que des bois de sapin.

Je ne sais pas si on restera l’hiver ici sur certains points nous sommes mieux qu’au camp, mais sur d’autres, il en est pas de même, plus tard je t’en reparlerais. Tu me dis que ma mère ne veut pas te laisser moissonner, elle a raison, car si tu allais t’estropier, la guerre aurait encore fait une victime de plus, il y en a assez comme ça, hélas.

Je pense que Maurice doit travailler dur lui à l’Essandière

Lettre de Célestin datée du 8 août 1915
Lettre de Célestin datée du 8 août 1915

s’il a continué à devenir aussi fort qu’il était, Louis et Auguste doivent être sur le front probablement.

J’ai envoyé une carte à Lydie du Barret l’autre jour, je pense qu’ils sont tous en bonne santé chez eux, quand tu m’écriras donne moi bien toujours des nouvelles de Louis, d’Henri et d’Eugène ce qui m’inquiète le plus, et souhaite bien le bonjour pour moi aux voisins et amis,

ton frère qui vous embrasse tous bien fort.

Célestin.

Lettre de Célestin datée du 8 août 1915
Lettre de Célestin datée du 8 août 1915
Lettre de Célestin datée du 14 novembre 1915
Lettre de Célestin datée du 14 novembre 1915

Chère Augustine

j’ai reçu ta lettre du 28 octobre ces jours ci, en effet, il y a longtemps que je sais que tu es retournée à Paris, je comprends fort bien tes raisons il y a beaucoup de difficultés dans la vie actuelle, autant pour les uns que pour les autres et en fait d’amélioration, je ne vois pas encore le jour 

Lettre de Célestin datée du 14 novembre 1915
Lettre de Célestin datée du 14 novembre 1915

arrivé, mais malgré cela, je pense que, vous vous payez de bonnes promenades dans Paris, avec ta petite amie Augustine, qui est, je crois, toujours aussi gentille, souhaite lui bien le bonjour pour moi, j’espère pouvoir lui souhaiter de vive voix plus tard.

j’attends bientôt le résultat de votre visite, auprès de Louis, tu me diras si sa jambe se rétablira complètement, et Henri, tu me dis qu’il se fait pas de bile, il a, ma foi raison, ça ne m’étonne pas qu’il se moque de Maurice à cause de ses correspondances (mais le farceur, il aperçoit la paille qu’il y a dans l’œil de Maurice, mais il ne voit pas la poutre qu’il y a dans

Lettre de Célestin datée du 14 novembre 1915
Lettre de Célestin datée du 14 novembre 1915

sien). J’ai reçu une lettre et une carte de Maurice, c’est vrai qu’il manque beaucoup de style, mais ça me plait beaucoup de le lire quand même, aussi je me suis empressé de lui dire, de renouveler ses envois de temps à autres, surtout lorsqu’il me parle des petites belges qu’il y a dans le bourg, qu’il peut (super) tant qu’il veut, il me fait rire.

Je suis toujours à (Haubinda) le nom de la ferme où je suis, mais je crois que je n’y serais pas longtemps désormais, depuis longtemps on nous le dit et toujours c’est repoussé, en tout cas il ne fait pas chaud ici maintenant, il y a déjà plusieurs jours qu’il est tombé de la neige, cependant il y en a moins ici qu’il y en avait l’année 

Lettre de Célestin datée du 14 novembre 1915
Lettre de Célestin datée du 14 novembre 1915

dernière à Ohrdruf à cette époque-ci, mais cet hiver me fait moins peur, car grâce, à vous autres, j’ai pu prendre mes précautions, mais malheureusement ça vous reviens cher et je crains que vos économies ne sont pas très fortes, surtout qu’Henri ne doit pas être très riche non plus désormais, jusqu’ici il s’est toujours bien tiré heureusement, même que ce pauvre Maindron et ce brave camarade Juste qui était passé caporal parait-il, je le regrette beaucoup. Lorsque tu verras Henriette dis lui que je reçois toujours les colis très bien, et de tout cœur je vous remercie toutes trois de ce que vous faites pour moi, ainsi que Madame Blanc, je te quitte en vous embrassant bien fort toutes trois.

Ton frère

Célestin

Lettre de Célestin datée du 14 novembre 1915
Lettre de Célestin datée du 14 novembre 1915