Archives municipales - Patrimoine - Fontenay-sous-Bois

Depuis Boulogne jusqu'à Cherbourg c' est le débarquement...

Cette phrase a été écrite le 8 juin 1944 par une mère fontenaysienne à son fils requis au Service du Travail Obligatoire en Allemagne.

Dans sa correspondance Marie Lambourg relate à Bernard les évènements survenus dans plusieurs villes de France ainsi que le débarquement en Normandie.

Afin de préparer ce débarquement allié les villes citées comme Le Mans, Lisieux, Caen ou même Laval ont payé un lourd tribu.

Ces axes routiers et ferroviaires stratégiques ont subi de nombreux pilonnages.

Dès mars 1944, Le Mans a essuyé le bombardement des centres ferroviaires et des routes. En juin, la population de Laval a vécu plus de 150 alertes.

Lisieux qui permettait de relier Paris, Deauville, Caen ou Le Havre a été détruite à 75 % entre le 6 et le 7 juin 1944 faisant plus de 800 victimes et plus d'un millier de sinistrés.

Cette stratégie de bombardement de la Normandie, du Nord de la Seine ou de la Belgique permettait de "distraire" les allemands et de préserver l'objectif. Celui-ci étant de débarquer sur 5 plages normandes entre la Seine et le Cotentin. Ces 100 kilomètres côtiers étaient les moins denses en terme de défenses allemandes.

Cette opération codée "opération Neptune" initialement prévue le 5 juin fut repoussée au 6 pour cause de météo déplorable. 

Ce Jour J permet aux Alliés d'ouvrir un nouveau front en Europe de l'Ouest et marque le début de la Bataille de Normandie.

La ville de Caen fut détruite par 600 000 obus et on y dénombre 3000 morts entre le 6 juin et le 20 juillet 1944.

 

Marie Lambourg est donc bien renseignée sur l'avancée des combats pour décrire à son fils tous ces évènements.

Sa lettre nous éclaire aussi sur les conditions de vie à Fontenay-sous-Bois pendant cette période.

 

Pour en savoir plus...

l'Encyclopédie du débarquement

Le mémorial de Caen 

 

 

 

Correspondance de Marie Lambourg envoyée à son fils Bernard le 8 juin 1944
Correspondance de Marie Lambourg envoyée à son fils Bernard le 8 juin 1944

Lettre retranscrite à l'identique


Jeudi 8 juin 1944

Mon petit Bernard

Je te fais encore un mot ce soir

J'espère que ça te parviendra car l'on dit que le courrier va arrêter ce serai bien pénible car vous seriez sans nouvelles et moi aussi.

J'espère quand même que pour l'Allemagne ça marchera, ici beaucoup d'endroits sont occupés, les gares Nord Montparnasse Saint-Lazare sont fermées sauf pour la banlieue et l'on dit mêmeque G.Lyon va être fermée aussi

Hier soir beaucoup de gens partaient encore. Tous les ponts sont coupés, hier rennes Le Mans Laval ont été bombardés, Lisieux détruit Caen en flammes, depuis Boulogne =jusque Cherbourg c'est le débarquement. 

Je me demande bien

Correspondance de Marie Lambourg envoyée à son fils Bernard le 8 juin 1944
Correspondance de Marie Lambourg envoyée à son fils Bernard le 8 juin 1944

ce qu'ils vont faire a St-Samson s'ils avaient eu au moins l'idée d'aller chercher gd mère, il ne faut plus attendre de nouvelles ça ne marche plus.

Cette nuit la région parisienne a encore été bombardée et il est passé des avions toute la nuit l'alerte a duré 2 heures aussi je veux me coucher de bonne heure cette nuit.

Jusque maintenant tout est bien calme heureusement les gens vont peut-être comprendre qu'il ne faut pas faire les imbéciles.

Ce qui est à craindre c'est le ravitaillement car ça ne va pas se terminer en 8 jours l'on prétend mais c'est toujours des oui dit qu'ils vont attaquer dans le Midi enfin ce soir j'ai rapporté 1kg de pâtes pour moi seule je peux attendre. Je vais tâcher d'avoir encore qqs petites choses

Correspondance de Marie Lambourg envoyée à son fils Bernard le 8 juin 1944
Correspondance de Marie Lambourg envoyée à son fils Bernard le 8 juin 1944

Ce soir j'ai eu une lettre de Maurice qui me dit d'aller le rejoindre

... a été bombardé pourquoi on l'ignore la petite place en haut de la ville c'est tombé bien près de chez eux, ils ont fait un abri parait-il très bien sous les remparts.

Germaine a bien peur. Ils me demandent si tu as reçu leur colis j'ai eu aussi une lettre de ta marraine elle est encore malade je vais tâcher d'aller la voir mais avec toutes ces alertes je préfère rester chez moi le plus possible. peut-être aurons nous bientôt nos vacances.

La ... me dit que 2 ... sont remboursés. Je ne sais a combien pour y aller il faut toujours demander une permission c'est bien ennuyeux.

Je me demande aussi si je dois prendre de l'argent sur mon livret mais c'est bien ennuyeux d'avoir ça à la maison d'un autre côté si c'était arrêté je ne sais vraiment comment faire, que tout ça finisse le plus tôt possible mais notre pauvre France dans quel état sera t elle cette fois je crois que l'on ne

Correspondance de Marie Lambourg envoyée à son fils Bernard le 8 juin 1944
Correspondance de Marie Lambourg envoyée à son fils Bernard le 8 juin 1944

nous enviera plus partout ce ne sera que ruines, dire que c'est toujours nous qui prenons.

Je pensais avoir une carte de toi aujourd'hui mais si tu as encore déménagé tu dois avoir à faire n'êtes vous pas trop bombardés quelle vie

surtout repose toi le plus possible si encore vous avez vraiment assez à manger je suis inquiète au sujet de mes colis. Je voudrais bien savoir que tu les aies reçus.

Demain midi je vais au ménage de Melle Lachuitt pourvu qu'il n'y ai pas d'alerte.

Je n'ai pas pu aller encore à la kaisse tous les jours a midi l'alerte.

Le temps que le métro se remette en marche ça fait trop tard l'on a pas d'électricité avant 10 heures le soir l'on ne peut entendre les informations.

Je vais continuer d'écrire la même chose espérons qu'elles te parviendront

Il pleut encore et pas chaud.

Bonne nuit ta maman qui t'embrasse et pense à toi.

Marie Lambourg

 

Tous les voisins et amis t'envoie leurs bonjour