Archives municipales - Patrimoine - Fontenay-sous-Bois

Selon Kijno " L'enfant naît froissé, l'adolescent devient lisse, le vieil homme meurt froissé. "

Ladislas KIJNO naît à Varsovie (Pologne) en 1921 et décède en 2012 à Saint-Germain -en-Laye (France, Yvelines).

Son père est polonais, sa mère française. Ils émigrent en France en 1925. Dès son enfance Ladislas Kijno peint et dessine sur tout ce qui l'entoure.

Il fait des études de philosophie à Lille. 

Il expose la première fois en 1943 sur le thème du jeu d'échecs.

Il se fait remarquer en 1946 avec ses premières œuvres froissées en opposition avec une structure lisse qui donne à l'œuvre toute sa dynamique. 

Le Chanoine Devémy demande, en 1949 à Kijno de réaliser la Cène pour la crypte de l’église d’Assy. A partir de cette expérience, sa peinture va basculer dans le sens de la démiurgie, du sacré et de la résonance magique.

Il est un peintre engagé. Il milite pour une poétique à contre-courant des modes et des faux problèmes abstraction/figuration.

En 1968 Kijno participe avec Manessier, Singier, Soulages, Gastaud… et environ cent soixante peintres à la formation d’un syndicat d’artistes.

Il peint sur des galets; utilise le feu, les coulures acrylique, les pulvérisations, le bombage ...

Il est attiré par les courbes, les formes sphéroïdes, ovoïdes. La forme de l'œuf est pour lui la forme absolue.

Il rencontre Picasso, Atlan, Germaine Richier, Edouard Pignon, Sonia Delaunay qui influenceront son travail. 

On lui doit entre-autre la réalisation de la grande Rosace de la cathédrale Notre-Dame de la Treille à Lille.

Découvrez l'artiste sur son site officiel